Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr
chinefrancophonie "中国和法语国家"

Bonjour/Bonsoir à tous et à toutes.

Après six ans de bons et loyaux services, nous travaillons sur une version test de notre nouveau site.

Le Forum Chine et Francophonie actuel est laissé ouvert (dans quelques jours les articles publiés depuis janvier 2010 resteront visibles) mais ne recevra plus de nouveaux membres et aucun article ne sera publié à partir de ce jour.

Pour continuer de faire partie de notre réseau qui se nomme désormais "chinefrancophonie, inscrivez-vous toujours gratuitement sur notre nouveau site : https://chinefrancophonie.fr

A très bientôt
chinefrancophonie
Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionIle de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1 Ap_bmp10
Rejoignez-nous sur notre nouveau site : http://www.chinefrancophonie.net
Inscription nouveau site

Partagez
 

 Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1

Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
admin

Messages : 2514
Date d'inscription : 23/01/2010
Age : 50
Localisation : Beijing

Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1 Empty
MessageSujet: Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1   Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1 EmptyLun 17 Jan 2011 - 16:36

L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1

"L'immigration chinoise à la Réunion commence en 1844. Elle ne sera jamais massive, et ne deviendra continue qu’après la première guerre mondiale", explique Dominique Durand, dans son ouvrage "Les Chinois de La Réunion".

Les premiers Chinois foulent le sol réunionnais

Considérés comme des hommes robustes, travailleurs et sociables, les négociants de Saint Denis décident de recruter des Chinois pour pallier le manque de main d'œuvre suite à l'abolition de l'esclavage. Les deux négociants s'adressent au gouverneur de l'île Bourbon (ancien nom de L'île de la Réunion) et lui demandent de "contracter des engagements en vertu desquels les Chinois s'obligeraient pendant cinq ans à cultiver la terre et faire les autres travaux qu'exige l'industrie agricole de la colonie, et seraient soumis aux lois, ordonnances, arrêtés et règlements en vigueur ou qui pourraient être faits, moyennant des salaires qui seraient convenus avec eux et payés tous les mois, et en outre la nourriture, le logement et les soins".

Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1 Reunio10
"L'une des premières photos d’engagés chinois à La Réunion",
Dominique Durand, "Les Chinois de La Réunion", Edition Australes, 1981, p.12


Suite à cette demande, le gouverneur décide d'en référer au directeur de l'intérieur. La décision sera prise le 10 novembre 1843, le gouverneur autorise "l'importation de 1.000 laboureurs chinois", mais il stipule clairement dans sa missive, qu'il ne s'agit pas d'une mission militaire, mais de "créer des rapports d’amitié".
Cinquante-quatre Chinois sont recrutés en mars 1844, ils débarquent à La Réunion, le 13 avril 1844. Parmi cette cinquantaine d'hommes, trois noms déformés et leurs numéros de matricule : Leong Aon (matricule 1561), Co Chong Saing (matricule 1565) et Theong Ah Chang (matricule 1624). Hormis quelques clichés retrouvés par les historiens, ces 54 premiers Chinois ne resteront dans l'histoire que pour avoir été "plus robustes que les Indiens, plus amis du travail et plus disciplinés que les nègres d’Afrique, l'esprit d'ordre et de régularité, le génie pratique qui convient aux affaires".

Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1 Rappor10
Cliquez sur le texte pour l'agrandir
Rapport du Capitaine de corvette, commandant "L'héroïne" 1706/1843

La révolte des engagés

Après leur arrivée, la plupart des engagés chinois n'acceptent pas les mauvaises conditions et traitements réservés aux travailleurs à Bourbon, considérés comme des esclaves. Ils décident de se rebeller. En 1846, l'Administration coloniale arrête le recrutement des Chinois, qu'elle considère comme "mauvais travailleurs", après les actes de révolte et de violence contre les propriétaires, régisseurs, contremaitres, et maitres.
De nombreux cas de maltraitance (malnutrition, violence physique, travail sans pause, contraint de travailler même malade) sont dénoncés par les Chinois qui travaillent dans les plantations ou maisons. En effet, "les termes de l’engagement auquel ils ont souscrit (…) ne sont pas respectés". Les engagés chinois décident de se rebeller, et font usage de la force, notamment en incendiant certaines maisons. «À la veille de l'abolition de l'esclavage (20 décembre 1848), le feu est une des armes utilisées par les Chinois qui veulent se faire respecter par leurs employeurs "emprofiteurs". Ce fait est source de tellement de problèmes qu'il est soulevé et analysé par le procureur général Barbaroux dans la séance du Conseil privé du gouverneur le 21 janvier 1848.»
Face à cette révolte, la justice coloniale tente de réprimer les Chinois, mais sans y parvenir, parce que l'esprit de solidarité qui règne entre les Chinois contraint le pouvoir à mettre en place une nouvelle législation, plus répressive afin de les soumettre.

L'immigration "libre" des Chinois

En 1862, un décret est édité permettant à tout étranger de s'engager librement comme travailleur à La Réunion. Plusieurs centaines de Chinois originaires des provinces du Sud de la Chine (Guangzhou), quittent leur village natal pour La Réunion. Arrivés seuls, ils obtiennent des permis de séjour renouvelables. Agés de 12 à 60 ans, dont une grande majorité de trentenaires s'installent, et deviennent propriétaires.
Cette arrivée massive de Chinois à La Réunion, mais également dans l'Océan Indien, est due à l'occupation étrangère en Chine. Le 24 octobre 1860, l'empereur Xianfeng s'incline et signe la Convention de Pékin, qui accorde des indemnités rocambolesques aux Occidentaux. L'empereur permet l'ouverture de certains ports stratégiques de Chine aux commerçants étrangers et à leurs missionnaires. Il concède aux Britanniques un agrandissement de leur colonie de Hong-Kong. Cette colonisation pousse de nombreux Chinois à fuir la Chine, et à trouver refuge dans les pays voisins, comme La Réunion.
A suivre …

Céline Tabou pour Chine et Francophonie
Revenir en haut Aller en bas
https://chinefrancophonie.forumactif.org
 
Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr :: Des pays francophones à la Chine 从法语国家到中国 :: L'Afrique francophone - 非洲法语国家-
Sauter vers: