Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr
chinefrancophonie "中国和法语国家"

Bonjour/Bonsoir à tous et à toutes.

Après six ans de bons et loyaux services, nous travaillons sur une version test de notre nouveau site.

Le Forum Chine et Francophonie actuel est laissé ouvert (dans quelques jours les articles publiés depuis janvier 2010 resteront visibles) mais ne recevra plus de nouveaux membres et aucun article ne sera publié à partir de ce jour.

Pour continuer de faire partie de notre réseau qui se nomme désormais "chinefrancophonie, inscrivez-vous toujours gratuitement sur notre nouveau site : https://chinefrancophonie.fr

A très bientôt
chinefrancophonie
Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionIle de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3 Ap_bmp10
Rejoignez-nous sur notre nouveau site : http://www.chinefrancophonie.net
Inscription nouveau site

Partagez
 

 Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3

Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
admin

Messages : 2514
Date d'inscription : 23/01/2010
Age : 50
Localisation : Beijing

Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3 Empty
MessageSujet: Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3   Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3 EmptyVen 4 Fév 2011 - 21:23

Intégrés mais mal acceptés

Après être parvenus à s'installer à La Réunion, les Chinois de l'île ont débuté une nouvelle vie. Commerçants ou colporteurs, ils suscitent la jalousie et la malveillance de la part des médias et des natifs, en raison de leur réputation de travailleurs, de leur modestie de train de vie, et de leur patience.

Rejet des Chinois par les Créoles

Dès 1894, le nombre de commerces chinois s'accroît et les tensions avec les commerçants créoles vont débuter. La mauvaise réputation des travailleurs agricoles chinois, jugés « paresseux, voleurs, et parfois même incendiaires », va longtemps desservir les immigrants chinois. Les journalistes du journal « La Patrie Créole » citent les déclarations de certains natifs, qui accusent les Chinois: « Ils nous pillent, ils nous volent, ils nous empoisonnent ». Dominique Durand reprend également un écrit d'Elboeuf publié dans le quotidien: « La monopolisation du commerce entier de l'île grandit tous les jours, dans leurs mains, sans qu'une parole éclairée, sans qu'un de ces hommes ayant reçu le mandat d'être nos protecteurs, proteste de toute son énergie contre cette nouvelle invasion du péril jaune ».

Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3 Chinoi11
Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Cette déclaration reflète le niveau d’animosité envers les Chinois. Celle-ci ne va pas s'atténuer avec les années. Certains Créoles en appellent à la justice pour « faire quelques exemples sévères, à frapper comme il convient ces étrangers d’une délicatesse plus que douteuse, et qui ne viennent chez nous que pour exploiter indignement ou ruiner ceux qui ne les accueillent qu’avec trop de bienveillance ».
Au début des années 1920, des Créoles tempêtent contre les commerces chinois, et d'autres plus « réalistes » admettent qu'il n’y a pas de concentration de commerces chinois, que les Créoles sont aussi avantagés par les banques que les Chinois, et que les taxes sont les mêmes pour tous. C'est alors que la question du racisme des Créoles chemine dans l'opinion publique et les médias. En effet, les Chinois ne sont pas les seuls à subir les critiques des Créoles, les Arabes ont également droit à toutes sortes d’accusations.

Création d'une Chambre de Commerce

Malgré les critiques, certains Chinois décident de s'organiser. En 1915, Akwon Lawson fonde une association sous le nom de « Chambre de commerce chinoise de l'île de La Réunion ». L'objectif est « d'étudier et de défendre les intérêts économiques et commerciaux de la Colonie, de régulariser les opérations commerciales auxquelles se livrent ses membres, d'encourager les relations commerciales avec la République de Chine, de défendre et protéger les intérêts généraux, individuels et particuliers de ses membres ».

Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3 M_laws10
Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Les statuts de l’association sont rejetés par le gouverneur en février 1916, car la nomination de l'association revêt un caractère officiel, qu'elle ne possède pas. Après avoir changé les statuts, Akwon Lawson parvient à faire inscrire son association en juin 1916, sous le nom de « Chambre de commerce chinoise de l'île de la Réunion », qui sera reconnue et inscrite par le gouvernement de Nankin et l'Association Nationale des Chambres de Commerce de Chine. L'association de M. Lawson deviendra l’ambassade de la République de Chine à La Réunion, la première.

En dépit des efforts réalisés dans la presse et auprès de l’opinion publique créole, les Chinois restent sujets aux critiques et aux accusations, notamment en ce qui concerne l’alcool frelaté, les aliments avariés … La société réunionnaise rejette les Chinois, et ces accusations prennent alors un tournant judiciaire conséquent …

A suivre

Céline Tabou pour Chine et Francophonie

A lire aussi :
Les Chinois trouvent leur place à La Réunion – Partie 2
Ile de la Réunion : 1844-1854 - L'effervescence de l'immigration chinoise – Partie 1
Les Chinois, peuple de La Réunion - Introduction
Revenir en haut Aller en bas
https://chinefrancophonie.forumactif.org
 
Ile de la Réunion : Les Chinois intégrés mais mal acceptés - Partie 3
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adresse de notre nouveau site :https://chinefrancophonie.fr :: Des pays francophones à la Chine 从法语国家到中国 :: L'Afrique francophone - 非洲法语国家-
Sauter vers: