Adresse de notre nouveau site : www.chinefrancophonie.net
chinefrancophonie "中国和法语国家"

Bonjour/Bonsoir à tous et à toutes.

Après six ans de bons et loyaux services, nous travaillons sur une version test de notre nouveau site.

Le Forum Chine et Francophonie actuel est laissé ouvert (dans quelques jours les articles publiés depuis janvier 2010 resteront visibles) mais ne recevra plus de nouveaux membres et aucun article ne sera publié à partir de ce jour.

Pour continuer de faire partie de notre réseau qui se nomme désormais "chinefrancophonie, inscrivez-vous toujours gratuitement sur notre nouveau site : http://chinefrancophonie.net

A très bientôt
chinefrancophonie
Adresse de notre nouveau site : www.chinefrancophonie.net


 
AccueilCalendrierRechercherMembresFAQGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez-nous sur notre nouveau site : http://www.chinefrancophonie.net
Inscription nouveau site

Partagez | 
 

 Mon journal de voyage en Chine (20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Albert Helly

avatar

Messages : 245
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 71
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Mon journal de voyage en Chine (20)   Ven 19 Oct 2012 - 22:32

Départ de Chongqing, le retour des mingkongs chez eux, rencontre avec Li Kunwu, auteur chinois de bande déssinée

Mercredi 25 avril 2012
Départ en taxi pour l'aéroport de Chongqing, à 25 km. Sur 20 km, au bas mot, l'autoroute est bordée sans interruption d'immeubles, chacun de 30 étages en moyenne (plus que les tours de l'Ile Verte, à Grenoble), par dizaines, par centaines, et pour l'ensemble de la mégapole, par milliers.
A l'enregistrement, devant moi un groupe de "mingkong", migrants de l'intérieur, rentre chez eux, dans le Yunnan, province où se trouvent 22 minorités ethniques, sur les 56 reconnues par le gouvernement chinois. J'ai lu, Jia me l'a confirmé, que ces travailleurs, migrants dans leur propre pays, à qui la Chine doit son développement fulgurant, commencent à quitter les grandes métropoles pour retourner dans leurs campagnes. Pour eux, à cause de l'augmentation du coût de la vie, du peu de progression des salaires, des conditions trop difficiles, de vie, de logement (j'ai vu, à Chongqing, au pied des immeubles ultra sophistiqués, des dortoirs infects, où les cloisons sont de simples bâches) et enfin de travail, la comparaison ne tient plus, ils savent qu'ils vivront mieux, même avec moins d'argent, dans leur région d'origine. Il faut aussi savoir qu'en ville, ils n'ont pas les mêmes droits que les autres, l'accès à la santé, à l'école pour les enfants, à l'université, leur sont problématiques. Ils doivent se déclarer à la police quand ils arrivent dans une ville et doivent avoir un permis de se déplacer (le 户口"hukou") en règle, comme le "livret ouvrier", chez nous, en France, au XIX° siècle. Dans certaines villes industrielles de l'Est de la Chine, (l"usine du monde"), le manque de main d'oeuvre, dans certaines activités, commence à se faire sentir. J'ai appris aussi par quelqu'un sur place, qu'à Canton, des travailleurs africains arrivent clandestinement, en nombre.

Vol sans encombre jusqu'à Kunming où m'attend Céline car je n'ai pas emporté la clé de l'appartement d'Estelle. J'ai un peu l'impression de rentrer à la maison, comme si mon séjour finissait. Après avoir rangé mes affaires je sors acheter quelques fruits et porter une veste à la couturière du coin de la rue. Les gens me reconnaissent et me font un signe amical. Retour et mise à jour de mon journal et séance courrier car j'ai été privé de connexion à Chongqing, l'hôtel n'en avait pas.

Vendredi 27/04.
Courses et préparation de l'entretien avec Li Kunwu, à 14h, dans les locaux de Français Sans Frontières.
Il avait très peur, suite à de mauvais souvenirs d'interview en France, que je l'interroge sur le parti et le gouvernement chinois. Comme je donne toujours toutes les questions à la personne avant de commencer l'entretien, il se détend. Elle portent toutes sur lui, sa vie, son oeuvre. Je découvre un adulte avec une âme d'enfant, d'ailleurs, dans ses albums de BD autobiographiques, il se présente toujours comme perdu au milieu de la foule, semblant ne pas comprendre ce qui se passe ni pourquoi il est là, une sorte de Candide de Voltaire. Je le lui dis, il en est très content.
Plus le temps avance, plus l'atmosphère est amicale. Tant est si bien que, l'entretien terminé et mon cahier fermé, il veut poursuivre la conversation. Et c'est lui qui me pose alors la question, "Que pensez-vous de la liberté d'expression en Chine ?" Je réponds que je n'en sais rien, que l'un me dit une chose, l'autre une autre, que c'est un peu compliqué. Voyant que je ne critique pas, il me donne alors sa propre opinion. Debout, les mains à l'horizontale, à plat devant lui au niveau des mollets, il dit "avant c'était là", puis plaçant ses mains au niveau de la poitrine, "maintenant c'est là". Je reprends, en mettant moi-même ma main à plat devant ma bouche, " oui, mais pas encore là?", non conclut-il, "pas encore là".
Nous nous séparons, et il me propose de revenir le voir quand je veux et que, quand il viendra à Paris, pour la sortie de ses prochains albums, il faut que j'aille le voir.


Retour de mingkong - Champignons chinois


Champigons chinois (金针菇 "Jīn zhēn gū" ) - La couturière de mon quartier


L'auteur de bande dessinée Li Kunwu - Les marchands de beignets où je me sers chaque jour


Ma marchande de légumes

Liens :
Li Kunwu
"Une vie chinoise"
Mon journal de voyage en Chine (19)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon journal de voyage en Chine (20)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adresse de notre nouveau site : www.chinefrancophonie.net :: Rendez-vous avec la Chine 走进中国 :: Rendez-vous chinois -相约中国-
Sauter vers: